La Saint Pierre N°2 IPA Blanche

BlancheIndia Pale AleFranceArtisanaleIndustrielleNon-filtrée
5,5 % vol | Bouteille verre 33 cl | Prix constaté : 6,67€/L | Grande surface
Publié le 03/09/2017, par Mathieu

Quand il s’agit d’appréhender une mode, divers profils se distinguent. Il y a les surfeurs qui, appliquent la méthode à la lettre, attrapent la vague et profitent du mouvement. Il y a les visionnaires qui ont déjà un coup d’avance, lisent l’horizon et se préparent pour le prochain rouleau. Et enfin, les largués. Pas vraiment doués, un peu hésitants, ils tentent maladroitement d’imiter les premiers avant de se faire chahuter par le ressac et d’aller bouffer du sable dans les hauts-fonds.


Disons-le tout net, avec son IPA Blanche Numéro 2, la brasserie La Saint Pierre semble faire partie de la dernière catégorie. La Saint Pierre est une des brasseries artisanales les plus importantes d’Alsace. Fondée en 2001 dans le village éponyme, elle s’est fait connaître avec une gamme complète de bières de fermentation haute allant de la blanche à la brune sans autres distinctions de style, ainsi que quelques spécialités. Arborant des étiquettes au look humoristique, elles se sont rapidement imposées dans les rayons de produits régionaux et artisanaux, véritable manne financière dans une région très touristique.


Le tourisme est d’ailleurs le principal moteur de la brasserie aujourd’hui qui, en plus de sa production régulière, brasse également l’ensemble de la gamme estampillée Oncle Hansi. Marque fourre-tout utilisant le nom et les œuvres de l’illustrateur Jean-Jacques Waltz , elle rassemble un grand nombre de produits régionaux sous un même label et les distribue rubis sur l’ongle au touriste en quête de terroir normalisé, aussi bien en grande surface qu’en boutique de souvenirs. Si un parent vous a un jour ramené une bière artisanale après un séjour en Alsace, il y a de fortes chances pour qu’elle ai été brassée par la brasserie de Saint-Pierre.


En proposant son IPA Blanche Numéro 2, j’ignore si la brasserie essaye de sortir de sa zone de confort ou d’exister sur un marché plus tendance où d’autres brasseries régionales se tirent déjà la couverture, mais toujours est-il qu’elle tente une approche radicalement différente. Exit les étiquettes un peu criardes au look cartoon et place à un visuel sobre et épuré se voulant plus moderne. Ce n’est pas nécessairement très réussi mais il faut reconnaître qu’elle se démarque dans les rayonnages. Le style de la bière lui aussi attire la curiosité, des IPA blanches on n’en voit pas tout les jours. Cela dit, j’espère qu’elle ne sont pas toutes du même tonneau que celle livrée par La Saint Pierre.


Les brasseurs ont semble-t-il tenté d’appliquer au pied de la lettre l’expression “bière blanche”. La robe est trouble, d’un beige tirant sur le gris. On est plus proche de l’eau boueuse que de la bière blanche et on hésite à y tremper les lèvres. C’est donc avec beaucoup d’appréhension qu’on approche le nez de cette étrange mixture couleur Smecta.


Étonnamment, et alors que sa robe pourrait laisser penser l’inverse, cette Numéro 2 sent effroyablement bon. Le nez est entièrement sur le houblon, avec d’intenses notes d’agrumes et de pamplemousse au travers desquelles s’exprime le houblon Columbus. Pas très subtil, mais efficace, du moins pour ce qui est des arômes. Au palais les choses se compliquent rapidement. Si l’attaque est douce et pour ainsi dire neutre, avec un crescendo sur le pamplemousse, la fin de bouche s’avère être un chemin de croix fait d’astringence et d’amertume mal dosée. L’aspect bière blanche lui, est inexistant. On lutte pour finir son verre et on regrette (amèrement).




Verdict

Réalisée avec la subtilité d’un gouvernement néo-libéral réformant le code du travail, cette IPA Blanche Numéro 2 rappelle au zythophile imprudent qu’il ne suffit pas de blinder une bière de houblon pour la transformer en IPA. Si le nez s’avère très agréable bien que sans finesse, la fin de bouche infernale et une couleur peu appétante viennent anéantir ce seul bon point. Quant au côté “bière blanche”, on trouvera plus de marqueurs de gauche chez Manuel Valls que de marqueurs gustatifs des bières blanches dans cette Numéro 2. C’est raté.

notre note
2
/5
votre note*
2.8
/5
* Note moyenne sur 4
avis visiteurs.

Cet article a été rendu possible grâce aux tipeurs. Merci à eux ! Rejoignez-les sur

Vous connaissez cette bière ? Notez-la avec nous !

1 chope2 chopes3 chopes4 chopes5 chopes


Envie de réagir ? N'hésitez pas à laisser un petit commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jean jean

Mais la question que je me pose, c’est est ce que St Pierre a déjà brassé une bière digne d’intérêt ? Non je demande parce que je les ai à peu près toutes goûtées lors d’interminables déjeuners de famille et je les ai toujours trouvées fadasses et chères… J’en ai loupé une valable ?

L'homme Brocoli

Sinon dans un registre équivalent, la Super Papa d’Uberrach elle défonce (malgré son nom tout pourri)

Gael

J’avais bien aimé cette n°2, du coup je m’offusque un peu de la critique gustative car je n’avais ressenti aucune astringence ou autre amertume abusive. D’accord pour ce qui est du reste.

L’homme brocoli -> Uberach qui fait de la bonne bière ? Impossibru !

fabrice

pas fan des bières de cette brasserie, celle-ci est une des rares que j’ai supporté de boire…
même si la fin de bouche est décevante en effet…

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION. SI VOUS AVEZ BESOIN D'AIDE, CONSULTEZ ALCOOL INFO SERVICE