La Morgat Blanche

BlancheWitbierFranceArtisanaleNon-filtrée
4,5 % vol | Bouteille verre 33 cl | Prix constaté : 10,91€/L | Boutique spécialisée et vente directe
Publié le 17/08/2018, par Mathieu

La Morgat Blanche
J’ai pas d’intro. Désolé hein, je sais que ça fait quatre jours que je tease pour la blague sur les réseaux sociaux avec des photos de Laurent Voulzy, qu’on associe inévitablement à Belle-Île-En-Mer, mais j’ai pas d’intro. La page blanche. Je pourrais bien vous raconter la fois où j’ai rencontré Laurent Voulzy sur une plage un soir d’été, j’avais les cheveux longs, un sweat Mayhem et des rangers cloutées enterrées dans dix centimètres de sable, mais même cette anecdote ma foi fort croustillante ne s’est pas déroulée sur l’île mais à Quiberon. Non parce que c’est pas donné le bateau en fait.


Tellement pas donné que cette fois encore j’ai du faire l’impasse sur l’île et me rendre dans une boutique hors de prix de spécialités régionales pour débusquer les produits de cette brasserie belle-îloise, La Morgat.


Comme souvent dans l’univers brassicole, l’histoire débute avec deux amis. Dans la seconde moitié des années 90, Thibaud Etorre est tenancier de pub et découvre le brassage aux contacts de ses fournisseurs artisanaux. Lorsqu’il s’installe à Belle-Île, il décide avec un ami de longue date, Vincent Casalis, d’offrir à l’île une bière locale, artisanale et de qualité. Après avoir acquis de l’expérience auprès de brasseurs et de nombreux essais dans la maison des grands-parents de Thibaud, les compères lancent leur activité en 2003 dans le petit village de Radénec. Alors seule et unique brasserie implantée sur l’île, le succès est se confirme. Sauf qu’avec le succès, la demande explose, les volumes produits sont trop faibles, les locaux trop petits.


En 2005 la brasserie déménage ainsi à Port Salio, dans les locaux de l’ancienne limonaderie de l’île datant des années 70. La production passe de 500 à 2000 litres de bière et si les deux amis finissent par se séparer, Thibaud reprend l’activité aidé de Aude, son épouse. C’est durant l’été 2007 que la Morgat Blanche arrivera sur les étagères des détaillants.


Il s’agit d’une witbier aux malts d’orge et de froment, présentant une superbe robe d’un blond clair brumeux, presque opaque, aux reflets couleurs pêche. Un fin col de mousse blanche couvre l’ensemble. Le nez est puissamment odorant, avec des effluves de céréales, de blé, de levures et une petite touche d’écorce d’orange. L’attaque est ronde, sucrée, à fond sur les saveurs de céréales et de levures, légèrement fruitée, avec une amertume discrète.
La finale est un peu triste avec une fin de bouche sèche et levurée, on attendait un petit twist.




Verdict

La Morgat Blanche est une bière de bonne facture mais qui hélas n’est pas très mémorable. C’est une blanche quasi académique, faite dans les règles et avec rigueur, mais il lui manque un petit quelque chose pour lui donner un peu de caractère. On prendra cependant plaisir à la boire, au risque de bien vite l’oublier.

notre note
3
/5
votre note*
5
/5
* Note moyenne sur 1
avis visiteurs.

Vous connaissez cette bière ? Notez-la avec nous !

1 chope2 chopes3 chopes4 chopes5 chopes


Et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION. SI VOUS AVEZ BESOIN D'AIDE, CONSULTEZ ALCOOL INFO SERVICE