Fischer de Noël

AmbréeAromatiséeBière de NoëlFranceFiltréeIndustrielleVegan
6 % vol | Bouteille verre 65 cl | Prix constaté : 3,57€/L | Grande surface
Publié le 18/12/2017, par Mathieu

On a beau rabâcher que les fêtes de Noël sont avant tout un moment de partage, il faut bien admettre que dans les faits c’est rarement très glorieux. On se rassemblent tous dans des pièces surchauffées pour échanger divers présents diplomatiques avec un sourire crispé, et ce dans le seul but d’entretenir une bonne entente de façade. Aussi quand vient le moment de partager une bière avec ses beaux-frères militants LREM, l’amateur avisé y réfléchira à deux fois avant de sortir ses bouteilles les plus fines. Fort heureusement, la brasserie Fischer a la solution.


La brasserie Fischer c’est un peu la version capitaliste de la grenouille qui souhaitait se faire plus grosse que le boeuf. Crée en 1821 sous le nom de Brasserie de l’Ours-Blanc, la maison prend le nom de son fondateur, Jean Fischer, en 1840. Tout au long du XXème siècle, la brasserie n’aura de cesse de racheter ses concurrents locaux. Ainsi, pas moins de neuf établissements tomberont sous le contrôle de la marque au pêcheur jusqu’en 1959, dont notamment la brasserie voisine Adelshoffen. C’est d’ailleurs sous le joug de Fischer qu’elle lancera l’Adelscott, mais cela est une autre histoire.


Toujours en quête de nouveaux marchés comme dirait la start-up nation, c’est en 1995 que Fischer commet l’irréparable en créant la Desperados. Un affront qui déclencha visiblement une quelconque colère divine puisque l’année suivante verra le groupe Heineken devenir actionnaire majoritaire de la brasserie. L’histoire se terminera tristement en 2009 avec la fermeture de la brasserie de Schiltigheim, l’activité étant transférée sur d’autres sites du groupe Heineken. Depuis le site est à l’abandon, appelé à se faire gentrifier la face dans les années à venir à coup de complexes immobiliers et de multiplex. Pas vraiment un conte de Noël donc, un peu comme leur bière du même nom.


La Fischer de Noël présente une robe ambrée, accompagnée d’une mousse blanche disparate. Elle est brassée avec du sirop de glucose, des extraits de houblon et du colorant pour la couleur. Une honte.  Au nez, on distingue vaguement de l’orange entre des effluves de malt légèrement caramélisé. En bouche, il se passe également peu de choses. Quelques notes d’orange et d’anis un peu trop prononcées pour être honnêtes, un malt très discret et un sucre quasi omniprésent. On peut percevoir une légère acidité derrière une amertume presque absente. La fin de bouche, légèrement métallique, se veut au mieux passable, au pire désagréable.

 




Verdict

Vendue relativement cher pour une bière industrielle de cet acabit (période des fêtes oblige), la Fischer de Noël s’annonce décevante. Trop sucrée et trop portée sur les arômes, elle s’avère aussi écoeurante qu’artificielle. Une bière sans intérêt, aussi ennuyeuse qu’un dimanche de Noël devant Drucker.

notre note
2
/5
votre note*
0
/5
* Note moyenne sur 0
avis visiteurs.

Cet article a été rendu possible grâce aux tipeurs. Merci à eux ! Rejoignez-les sur

Vous connaissez cette bière ? Notez-la avec nous !

1 chope2 chopes3 chopes4 chopes5 chopes
Soyez le premier à donner votre avis !


Et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

MissGlucose

Avec du sirop de moi-même à quoi t’attendais-tu…

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION. SI VOUS AVEZ BESOIN D'AIDE, CONSULTEZ ALCOOL INFO SERVICE